Dans cet entretien, Mohamed Taxana, fondateur de Pimarket et de Sir Mhani, nous raconte l’histoire de la cr√©ation des deux applications innovantes qu’il a lanc√©es. Ce jeune start-upeur, a pris part, hier, √† la Conf√©rence nationale des start-ups, ¬ęAlgeria Disrupt 2020¬Ľ en tant que participant.

L’Expression: Parlez-nous de votre parcours?
Mohamed Taxana: Ma relation avec le e-commerce a commenc√© dans les ann√©es 2000, apr√®s l’obtention de ma licence en informatique, √† l’universit√© des Fr√®res Mentouri, √† Constantine. J’avais ouvert un magasin de mat√©riel informatique. J’avais suivi des formations dans le domaine des r√©seaux. J’avais contract√© une aide d’un dispositif d’aide √† l’emploi, pour √©largir mon activit√©.

D’o√Ļ vous est venue l’id√©e de Pimarket et Sir Mhani?
J’ai d√©cid√© de lancer Sir Mhani parce que c’√©tait un probl√®me que j’ai v√©cu moi-m√™me. J’y ai vu une opportunit√©, car il n’y avait aucune autre solution dans le march√©. Sir Mhani est une solution pour la mise en relation des automobilistes avec les professionnels de l’auto. Sir Mhani permet de g√©olocaliser les professionnels, pour les automobilistes. Elle permet de prendre des RDV afin de gagner du temps et de l’argent. Elle permet √† l’utilisateur d’√©valuer les professionnels, ainsi il vous est assur√© un service optimum. Actuellement, nous disposons d’un annuaire national sp√©cialis√© sur les professionnels de l’automobiles: garagistes, d√©panneurs, stations-service, lavage, d√©calaminage, ateliers mobiles, m√©caniciens, √©lectriciens-auto, m√©caniciens-auto etc. Pimarket, quant √† elle, a une place de march√© a destin√© aux professionnels de la pi√®ce de rechange automobile. Elle apporte un support √† nos partenaires, par le biais d’une plateforme de gestion et d’√©change des produits. Nous offrons, sur le site, un acc√®s direct au march√© national de la pi√®ce automobile et une visibilit√© optimale. Nous associons nos partenaires pour constituer un catalogue regroupant les r√©f√©rences des pi√®ces automobiles du parc national.

Pourquoi avez-vous choisi le service après-vente?

Il faut se donner les moyens pour r√©ussir. Le service apr√®s-vente est un maillon essentiel de l’industrie automobile. C’est un secteur en croissance continue, puisque le parc automobile alg√©rien avoisine les 7 millions de v√©hicules dont un pourcentage tr√®s important de v√©hicules est en circulation depuis plusieurs ann√©es.

Pour vous, et selon votre propre expérience, quelle est/sont la ou les difficultés rencontrée(s) par les porteurs de projets qui désirent lancer une start-up?
Les id√©es, notre ¬ęmati√®re grise¬Ľ n’en manque pas. Ils sont jeunes, connect√©s et d√©bordent d’id√©es qui peuvent acc√©l√©rer la r√©volution num√©rique non pas seulement dans le pays, mais sur l’ensemble du continent. Mais h√©las, beaucoup de start-upeurs rencontrent tr√®s souvent des difficult√©s. Une mauvaise lecture du march√© peut mener √† l’√©chec des start-up. Je tiens √† pr√©ciser, dans ce sens, qu’avant de se lancer dans Pimark j’avais fait un sondage aupr√®s des vendeurs de pi√®ces d√©tach√©es pour √©valuer les besoins et les services du secteur.

Comment √©valuez-vous les derni√®res mesures prises par le chef de l’Etat?
Les mesures annonc√©es sont n√©cessaires et elles arrivent √† temps. Pourvu que ces d√©cisions soient appliqu√©es r√©ellement sur le terrain, puisqu’elles proposent des avantages pour les start-up, notamment la question d’asseoir un nouveau cadre r√©glementaire d√©di√© aux start-up. C’est une autoroute d’opportunit√© qui s’ouvre aux jeunes start-upeurs, puisque l’absence d’un cadre l√©gal est un des freins majeurs au d√©veloppement du financement des start-up. L’autre bonne nouvelle d√©di√©e aux start-up est la mise en place du fonds d’investissement d√©di√© aux start-up. C’est un ¬ęventure capital (capital risque pour les start-up)¬Ľ. ¬ęL’Alg√©ria start-up fund¬Ľ permettra aux jeunes porteurs de projets d’√©merger, s’imposer pour, finalement, contribuer efficacement au processus de diversification de l’√©conomie nationale, car il devrait, une fois mis en place, financer et soutenir les start-up prometteuses, op√©rationnelles et √† fort potentiel de d√©veloppement. Apr√®s, il leur permettra, de ce fait, de poursuivre leur d√©veloppement et √©ventuellement d’atteindre une √©tape suppl√©mentaire dans leur cycle de vie, car les start-upeurs rencontrent des difficult√©s d’acc√®s au financement traditionnellement disponible et qui ne sont pas adapt√©s aux start-up.

Y’a t-il d’autres solutions?
Je pense qu’il faudra aller vers une r√©pertorisation des start-upeurs et de tous les acteurs qui rentrent dans la cha√ģne de valeur start-up, en commen√ßant depuis les centres de recherche, en passant par les incubateurs et acc√©l√©rateurs, jusqu’aux entreprises et m√©canismes publics et priv√©s de financement.

https://www.lexpressiondz.com/nationale/les-nouvelles-mesures-sont-les-bienvenues-335855?fbclid=IwAR0K9UhQHAAWzWEI1BL13oUu5tv48quipWW7jVzjKBS-NBEaFybqknJcPww